Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Les ateliers pédagogiques des musées gaumais

Les ateliers pédagogiques des musées gaumais

A l'atelier pédagogique :

Stages de découverte du patrimoine sous la conduite de Marie Nothelier

 

Vacances de Carnaval du 4, 5, 6 mars 2019

Atelier  « Qui était la jeune fille de Grandcourt ? »

  • Sa tombe reconstituée dans l’espace archéologique livre bien des informations. 
  • Sur son squelette apparaissent des effets personnels dont elle était parée lors de son inhumation.
  • Qu’était-ce et à quoi servaient-ils ?
  • Public : enfants de 7 à 12 ans
  • Participation : maximum 12 personnes
  • Horaire : 13h 30 à 16h30
  • Coût : 30 euros
  • Inscription obligatoire : 00 32 (0)63 57 03 15

 

Autour de la tombe de la jeune mérovingienne (Photo atelier Carnaval)

 

Vacances de Pâques du 8, 9, 10 avril 2019

Atelier « Regards sur la peinture de Noëlle Verheggen »

  • 90e anniversaire de la naissance de l’artiste
  • Découvrir les œuvres de Noëlle Verheggen de la collection du musée, plus de vingt œuvres, présentées dans l’exposition Pêle-mêle 5,  les observer, dégager le choix des couleurs et le dessin des formes, reconnaître les objets, y associer une idée, peindre un tableau dans l’esprit de l’artiste pour l’exposer en fin de stage.
  • Public : enfants de 7 à 12 ans
  • Participation : maximum 12 personnes
  • Horaire : 13h 30 à 16h30
  • Coût : 30 euros
  • Inscription obligatoire : 00 32 (0)63 57 03 15

 

Les oeufs (atelier de Pâques)

 
 
 Pêle-mêle 5

  • Avec la cinquième édition de Pêle-mêle qui sera présentée au printemps prochain, ce seront dix années d’acquisitions qui auront été révélées au grand public et quelques 450 donateurs remerciés. Parmi les dons et dépôts prestigieux, la collection de tableaux de Jean-Louis Jungers (Pêle-mêle 2), le fonds d’équipement militaire de Maurice Dumestre (Pêle-mêle 2), la chapelle Jacquet (Pêle-mêle 4) frappent l’opinion et la sensibilité du public, tant par la beauté du geste gratuit que par la valeur d’un contenu incontestablement précieux.
  • Tout au long de ces présentations originales, chacun y a rempli sa boîte à trésors : trois Italiens débonnaires peints, un bout de bois devenu sous-marin, des souliers de satin, un manuscrit de musique à danser, … Et puisque devant chaque œuvre, chaque objet se ressent le souffle d’une vie passée, se dessine une bribe d’existence noyée dans l’infinité, c’est à une part d’éternité que les expositions  Pêle-mêle  nous invitent à conspirer.
  • Quels seront les coups de cœur de la version 2019 ? Le nouveau « millésime »  engrangé tout au long des années 2017 et 2018, dévoile des entrées remarquables. Celles-ci révèlent un goût très prononcé pour l’art. Tableaux peints à l’eau, à l’huile, à la gouache, à l’acrylique, gravures, sculptures en métal ou en terre cuite, parfois émaillée que signent des noms très familiers répondent à l’appel alphabétique d’artistes locaux et régionaux. Barthélemy, Bernardy, Brouhon, Burtonboy, Gatez, Lallemand, Outer, Perbal, Richard, Thiry, Verheggen et Yante, artistes connus ou davantage confidentiels, rassemblent, ensemble, une cinquantaine d’œuvres !
  • Sujet souvent abordé, la conservation du mobilier, des accessoires et du linge liturgiques reste problématique Les responsables de fabriques d’église cherchent la meilleure des solutions lorsqu’ils sollicitent le Musée pour y déposer ces pièces dont l’obsolescence n’avait pas été programmée et qui soudainement tombent en désuétude. Le catafalque d’enfant en bois peint de Muno, la crèche sculptée moderniste de Lahage, des broderies minutieuses de la chapelle de la Sainte Famille à Rouvroy suscitent un intérêt mêlé de curiosité et d’admiration.
  • Et si l’événement se nomme « Pêle-mêle », c’est parce qu’il désigne bien ce grand désordre harmonieusement présenté, sortant de cette grande confusion des pièces de toute beauté, témoins du savoir-faire des gens de chez nous, travaillant le fer, la terre ainsi que des événements qui ont marqué leur vie, du berceau à la tombe.

 

Pêle mêle 5   préparation

 

L’exposition « Femmes et Guerres », à Aubange, à La Harpaille, du 24 au 31 mars 2019

  • L’exposition « Femmes et Guerres », initiée par des membres de Vie Féminine de l’antenne Athus-Virton en collaboration avec le Musée gaumais, s’installe à Aubange, devenue commune partenaire.
  • L’exposition « Femmes et Guerres » a pour ambition de livrer un ensemble de témoignages collectés entre elles, auprès de leurs proches mais aussi au-delà de leur cercle rapproché. Ainsi d’une guerre à l’autre, neufs tableaux rappellent les divers aspects du quotidien des femmes durant les années difficiles.
  • A travers des objets courants, associés à des gestes simples, sont évoqués les rôles que les femmes ont endossés durant les deux guerres : ménagères, certes, mais aussi  investies dans des œuvres philanthropiques, résistantes, soignantes, elles ont pris part, elles aussi, à l’effort de guerre.

Accessible

  • De 14 à 18h, les dimanche 24, samedi 30 et dimanche 31 mars  avec visite commentée à 15h.
  • En nocturne de 18 à 20h, le mercredi 27 mars
  • Entrée : 2€   
  • Exposition accessible aux personnes à mobilité réduite (Ascenseur)
  • En semaine (matinée ou après-midi), visites sur réservation pour les groupes, associations, écoles.  
  • Contact : Marie-Thérèse Kirsch 0470 / 89.34.63
  • Prix de la visite pour tout le groupe : 10€

 

Photo Femmes et Guerres